Publié dans EVERYDAY

J’AI FAIS UNE GROSSESSE NERVEUSE

Je ne sais pas trop comment aborder le sujet en fait. La grossesse nerveuse tu dois connaître, les chiens et les chats en font parfois. Mais cela touche aussi la femme et ce n’est pas si rare que ça.

Une grossesse nerveuse qu’est ce que c’est?

C’est une pathologie qui donne l’impression d’une grossesse, avec les même symptômes qu’une grossesse normale mais le fœtus en moins. Souvent cette pathologie est déclenchée par un fort désir d’enfant, une angoisse de tomber enceinte ou un dérèglement hormonal. Les causes peuvent donc être psychiques ou physiques.

Il y a maintenant plus de quatre ans, avec l’Homme nous tentions de mettre en route un deuxième enfant. La Paupiette grandissant j’avais très envie de lui donner un petit frère ou une petite sœur, et mon désir d’enfanter était énorme.

Malgré que pour la Paupiette ça à été relativement vite (trois semaines sans pilules et j’étais enceinte), pour Mr Patate ça ne se passait pas pareil. Au bout d’un an de tentatives infructueuses je n’étais toujours pas enceinte. Ma gynécologue m’avait prescrit du Dufaston, et j’avais de l’homeopathie pour déclencher des ovulations, car le problème venait de là: je n’ovulais pas régulièrement.

Bref, un jour je me suis rendu compte que j’avais pris de la poitrine (le truc inespéré pour moi petit bonnet A!) à cela c’est ajouté un retard de règles….Bien évidemment j’étais super heureuse!!! enfin!!!!!

J’ai appelé ma gynéco qui m’a dis de faire un test et m’a prescrit une ordonnance pour une prise de sang.

Le test s’est avéré positif. Un + , faible mais un plus quand même.

On était content, j’ai appelé ma mère, mes sœurs….

Je me voyais déjà annoncer la nouvelle à la Paupiette mais pour cela j’attendais la prise de sang, histoire d’être fixé sur les dates et tout ça.

Mon médecin n’a pas pu me recevoir avant une semaine. Pendant ce temps là je te jure j’avais tous les symptômes d’une grossesse: nausée, absence de règles, seins plus gros, fatigue importante….et le test positif!

Viens la prise de sang. L’attente du résultat était interminable. J’ai dû appelé le médecin une bonne dizaine de fois dans la journée pour savoir s’il les avait reçus. J’avais hâte que ce soit officiel.

Le soir, vers 18h il m’a appelé. Il m’a dit de passer au cabinet de suite. Une fois installé à son bureau, il m’a dit que je n’étais pas enceinte. J’ai cru à une blague, j’avais l’impression de tomber dans le vide. Je lui ai dis qu’il devait se tromper, lui qui connaît son métier, il avais mal lu.

Il m’a dit que je faisais une grossesse nerveuse, mon dérèglement hormonal et mon désir de grossesse devenu une obsession (car oui c’était devenu une obsession j’y pensais du matin au soir) avaient poussé mon corps à faire comme si j’attendais un heureux événement. Pour satisfaire mon esprit m’a t-il dit.

PFFFFFFFFF!!!! n’importe quoi!!!!! charlatant!!!! Ces truc là ça ne se peut pas. Le corps et l’esprit, l’obsession toussa…..c’est de la connerie! Où a t-il appris que le corps et l’esprit ne font pas qu’un? et que genre, mon corps prends ses propres décisions ?!

J’ai pleuré, j’ai nié et je suis parti en colère.

Mon corps ,ce traître, je lui en ai voulu.

J’ai pleuré des journées entières, refusant de parler même à ma mère (mise au courant par l’Homme). J’avais l’impression horrible d’avoir perdu mon bébé alors que je n’en avais pas.

Je sais ce n’est pas comparable et je ne prétend pas connaître la douleur d’une fausse couche. Néanmoins j’avais mal, vraiment, c’est con hein mais j’avais vraiment l’impression qu’on me retirait ce bébé tant espéré.

Au bout d’une semaine j’ai commencé à reprendre mes esprits, je suis aller voir ma gynéco. Elle m’a dit la même chose que mon médecin. Je focalisais trop sur cette envie d’avoir un nouvel enfant, sur le fait qu’on y arrive pas. Et mon dérèglement hormonal ne m’aidait pas.

Elle voulait me donner des anti-dépresseurs de peur des répercussions que cela pourrait avoir sur mon psychisme déjà bien abîmé. J’ai refusé. J’en voulais pas de ces trucs et non je ne focalisais pas sur cette putain de grossesse qui n’arrivait pas. J’étais en colère, l’impression que l’on me disait que j’étais folle.

Alors j’ai baissé les bras. J’ai tout arrêté. Le Dufaston, l’homéopathie, l’idée d’être mère à nouveau. Je ne voulais plus, plus y penser, plus que cela m’arrive, je me suis braqué (c’est ce que je fais en général quand ça ne va pas).

La gynéco m’a prescrit plusieurs rendez vous, auxquels je ne suis pas aller.

Quand j’ai accepté l’idée que oui, finalement, je n’avais pas été enceinte, que c’est mon corps qui m’en donnait l’illusion, celui ci à arrêté les symptômes.

Les nausées se sont arrêtées, ma poitrine est revenu à sa taille normale et mes règles sont apparues comme par magie. C’est là que j’ai vraiment compris, que oui, (comme mon chat une fois :p) j’avais fais une grossesse nerveuse, et que non cela n’arrivait pas qu’aux chiennes, aux vaches ou à mon chat.

Mais que c’était un vrai sujet,touchant plusieurs femmes et même jeunes filles par an. Que c’est une vraie pathologie, qui se soigne et demande d’être entouré par des spécialistes car cela peut parfois prendre des proportions extrêmes.

J’ai tout arrêté jusqu’à essayer de me persuadé que peut importe, si je tombe enceinte tant mieux sinon tant pis. Bien évidemment je n’en pensais pas une once mais j’essayais de ne plus me focaliser là dessus. De profiter de ma Paupiette qui venait de rentrer à l’école.

Et tu sais quoi? Trois mois après avoir accepté tout ça, et avoir admis ne pas avoir été enceinte j’attendais Mr Patate.

 

Publicités
Publié dans EVERYDAY

POURQUOI PAS 3?

La question est posée là. Sur papier ou écran plutôt.

Elle est venue d’un coup, suite à une réflexion de la Paupiette:

« Moi je voudrais bien une petite soeur ».

Oui chéri, ça aurait été bien, mais non.

Non, non,non. Je ne veux plus d’enfants. J’en ai deux, beaux, plein de vie, souriants, adorables, bruyants et fatiguants.

En fait je ne me vois plus avec un bébé. C’est triste mais je crois que les nuits sans sommeil ont cassé la magie.

Ces nuits (maintenant que Mr Patate fait les siennes au bout de deux ans et demi quand même!) entre-coupées, courtes, mouvementées (j’ai cumulé six années avec ces nuits ) où tu as envie de pleurer de fatigue, d’incompréhension.

Les maux que tu dois deviner, a t-il mal au ventre? est-il fatigué (s’il dormirait la nuit…) a t-il froid? L’impuissance…

La fatigue, le fait d’être à part….si tu sais, dans les repas de familles, les soirées. Tu « t’absentes » pour donner le bibi, tenter d’endormir le bout de choux, ou pour tenter de calmer ses pleurs. Souvent j’allais un peu à part pour essayer d’endormir Mr Patate et lorsque je revenais les autres avaient finis leur repas , alors que moi je n’en était qu’à l’entrée.

Heureusement mes soeurs et ma mére prenaient souvent le relai lorsque l’on se voyait. Je pouvais souffler un peu.

Puis la grossesse avant tout. Autant j’ai adoré celle de la Paupiette: peu de nausée, pas de mal de dos, un vrai pur plaisir même pour l’accouchement (je suis peut-être un peu maso) où je me suis régalé malgrés la douleur et une sage femme incompétente.

Autant celle de Mr Patate fût pénible: nausée les six premiers mois, hernie ombelicale , rétention d’eau (je suis aller à la maternité en chaussons car mes pieds ne rentraient plus dans aucunes chaussures), sciatique….heureusement que j’ai aussi kiffer son accouchement!

Puis il y aurait déjà les deux petits à m’occuper en même temps! Je ne suis pas certaine d’avoir la patience et la douceur nécessaire pour faire face à un bébé et deux mi-grands. Comment vous faites parents de famille nombreuse pour donner l’attention qu’ils méritent à chacun alors qu’un bébé réclame toute votre attention et que la fatigue vous bouffe toute votre énergie? Comment vous faites pour qu’aucun ne se sente délaissé? Je vous tire mon chapeau!!!! car moi je ne crois pas que je saurais faire face.

Puis financiérement, déjà là à la fin du mois c’est limite alors à 5….

Et trois enfants voudrait dire nouvelle voiture, nouvelle maison, au moins trois chambres (donc plus onéreuse)….

Retomber dans l’attirail (que j’adorais ) poussette, sac à langer, bibis, couches, lait en poudre….quand tu vas quelques part on dirait que tu pars en vacances 😉

Non je préfère profiter de mes petits grands, de nos moments en pouvant leur donner l’attention dont je dispose. Profiter de leur joie de vivre, de les voir grandir, évoluer avec eux comme on le fait depuis le début.

On est bien tous les quatre, même si l’Homme rêve d’avoir une fille (lui veut un autre enfant dans l’avenir) et j’avoue que moi aussi….mais non. On est bien là, et lorsqu’ils seront plus grands, quand on aura enfin du temps à nous, pour moi, je ne pense pas que je voudrais à nouveau avoir un bébé.

Je profiterais des bébés que feront mes soeurs, l’avantage de tenir un bébé dans ses bras,le sentir, l’aimer, sans les « à cotés ».

On verra, peut-être qu’une envie soudaine viendra, que le besoin d’être le monde d’un tout pti bout reviendra, mais je ne pense pas, pour le moment ce n’est pas le cas.

Et toi, combien d’enfants veux tu ? ?